Comment accueillir les clients non-voyants ou malvoyant ?

.
Les commerçants guidés vers plus d’accessibilité

Article de Sud Ouest : publié le 17/02/2015 à 06h00 par Sophie Lemaire

.
La Ronde des quartiers diffuse un guide d’accueil pour les clients déficients visuels.

Béatrix Alessandrini et le guide accessiblité

Béatrix Alessandrini, du GIAA, a participé à la réalisation du guide. © Photo
photo Guillaume Bonnaud

.
« La déficience visuelle laisse souvent les commerçants pantois, ils ne savent pas trop comment y répondre. » Béatrix Alessandrini sait de quoi elle parle, elle qui a perdu la vue il y a quelques années suite à un accident de la route. Directrice de la délégation aquitaine du Groupement des intellectuels aveugles ou amblyopes (GIAA), elle n’a pas eu d’hésitation lorsque La Ronde des quartiers lui a demandé de l’aider à réaliser son guide d’accueil pour clients déficients visuels.
Ce guide, dont la diffusion a commencé la semaine dernière, est le troisième de la sorte édité par l’association des commerçants bordelais. « Après les handicaps moteur et auditif, nous poursuivons notre action de sensibilisation de nos adhérents à l’accueil des clients handicapés », explique le président de la Ronde, Christian Beaulme.

.
Aborder les gens simplement
Le fascicule de 16 pages donne des repères simples aux artisans et commerçants : comment aménager convenablement son commerce, comment adopter le bon comportement vis-à-vis de clients mal ou non-voyants, comment les aider sans les assister, etc.  guide à télécharger-RondedesQuartiers-non-voyants
« C’est tout bête, mais quand on a affaire à un client non-voyant, c’est à lui que l’on doit s’adresser et non pas à la personne qui l’accompagne, car c’est assez dérangeant », explique par exemple Béatrix Alessandrini. Tout bête, mais pas forcément évident pour qui n’a pas l’habitude d’être confronté au handicap.
Le fascicule indique donc comment guider les clients dans le magasin, les choses à faire (par exemple, penser à regarder le client malvoyant car « le regard se sent ») ou à ne pas faire (laisser les portes ouvertes ou fermées, mais pas entrouvertes) ainsi que quelques astuces comme un lexique de couleurs détaillées. « L’objectif est de les aider à aborder les gens simplement. Avec aussi l’idée que lorsqu’on est bon dans l’accueil d’une personne handicapée, on est excellent dans l’accueil d’une personne sans handicap ! Or la qualité de l’accueil est essentielle dans le commerce. »
Mise aux normes
Présenté la semaine dernière à l’occasion de l’anniversaire des dix ans de la loi handicap, ce guide s’inscrit aussi dans le contexte de la nécessaire mise aux normes d’accessibilité des commerces à toutes les clientèles, quel que soit leur handicap.
Un sujet plus que sensible pour les commerçants, qui doivent – s’ils ne l’ont pas encore fait – établir un diagnostic et prévoir un programme parfois lourd de mise en conformité de leurs locaux. Ils plaident pour un système plus souple que la loi actuelle, un système qui soit capable de tenir compte des contraintes des professionnels. « Sur les 1 080 adhérents de la Ronde des quartiers, 600 se situent en cœur de ville dans une zone classée monument historique, souligne Christian Beaulme, le président de la Ronde. Va-t-on pouvoir mettre en conformité les magasins installés dans les caves voûtées des immeubles XVIIIe ? C’est impossible, et ça n’est même pas une question d’argent. »
« Moi je suis réaliste, explique Béatrix Alessandrini. Je sais bien qu’il y a des choses qui ne seront jamais accessibles, car le handicap reste le handicap ! Mais cela ne doit pas nous empêcher de réaliser tout ce qui est possible. »

.

A voir : article sur Direct Matin

Les commentaires sont fermés.